John James Audubon

john james audubon

john james audubon

AUDUBON, artiste, ornithologue, français de souche et visionnaire !

Nul n’est prophète en son pays… Cette formule semble avoir été inventée pour Audubon. Qui donc en France, à part quelques milliers d’initiés, connaît l’oeuvre-maîtresse de cet artiste d’exception célébré outre-Atlantique avec presqu’autant d’éclat que le grand Lafayette ? Portrait du plus français des Américains…

John James Audubon est un ornithologue, mais surtout un artiste naturaliste et peintre américain d’origine française. Il est né le 26 avril le 26 avril 1785 aux Cayes (Saint-Domingue). John James Audubon est donc français mais il a été naturalisé américain en 1812. John James Audubon est le premier ornithologue du Nouveau Monde. Parmis ces oeuvres on peut noter la Frégate superbe, Fregata magnificens, Cygne trompette, Cygnus buccinator, Bernache du Canada, Branta canadensis, Pigeons migrateurs, Ectopistes migratorius, Faucons pèlerins, Falco peregrinus, Flamant rose et le Phoenicopterus ruber.

John James Audubon a la chasse

Les oeuvres de John James Audubon se vendent bien. Le 7 décembre 2010 un exemplaire de Birds of America, a été vendu pour le prix de 8,6 millions d’euros, chez Sotheby’s, à Londres. En 2000 un autre exemplaire adjugé à 7 millions d’euros, c’est un artiste qui prend de la valeur sur le marché de l’art.

Il a laissé deux ouvrages remarquable. Le premier en 1826 « Faits et observations relatives à la résidence permanente des Hirondelles dans les Etats-Unis » et le second en 1827 « Observations sur les habitudes du Pigeon sauvage d’Amérique (Columba migratoria)« . Ce 26 avril 2011 ce sera l’occasion d’avoir une pensée pour ce personnage célèbre français parti à la conquète du nouveau monde.

John James Audubon vieux

Ce 26 avril  c’est l’anniverssaire de la naissance de John James Audubon ou Jean-Jacques Audubon en Français. Mais qui était-ce John James Audubon ?

Audubon est né aux Cayes, à Haïti, fils illégitime d’une immigrée française[1]  et d’un capitaine au long cours d’origine bretonne et protestante, John James Audubon, qui possédait dans l’île des plantations et des esclaves. Il se passionne très jeune pour l’histoire naturelle. Il est élevé en France, à Nantes et non loin de là à Couëron, par sa belle-mère, Anne Moynet Audubon. Il a prétendu avoir reçu des leçons du peintre David mais, comme beaucoup d’autres « histoires » d’Audubon, cette affirmation est infondée.

En 1803, son père lui obtient un faux passeport qui lui permet de se rendre aux États-Unis et échapper ainsi à la conscription en vigueur en cette période de guerres napoléoniennes. Pendant le voyage, il contracte la fièvre jaune. Le capitaine du bateau le débarque alors dans une pension dirigée par des femmes quakers qui le soignent, le guérissent, et lui enseignent l’anglais particulier des quakers.

Il devient contremaître dans une ferme près de Philadelphie et commence à étudier l’histoire naturelle en dirigeant la première opération de baguage du continent. Il noue un fil à la patte d’une moucherolle (Sayornis phoebe) et remarque ainsi que ces oiseaux reviennent nicher chaque année aux mêmes endroits. Il commence également à dessiner et à peindre des oiseaux.

Il a trois enfants de son union avec Lucy Bakewell, Victor, John et ensuite une petite fille, qui décédera avant son 1er anniversaire.

Après plusieurs années de succès commerciaux en Pennsylvanie et dans le Kentucky, il fait faillite, ce qui l’incite à poursuivre avec plus d’ardeur son étude de la nature et sa pratique de la peinture. Il descend le Mississippi avec son fusil, sa boîte de couleurs et son assistant, dans l’intention de trouver et de peindre toutes les espèces d’oiseaux d’Amérique du Nord. Il mène à partir de 1810 une vie errante de chasseur, tout en observant la nature avec amour et en décrivant et en illustrant la flore et la faune, en particulier les oiseaux, avec grand talent.

Pour en savoir plus cliquez ici : John James Audubon

Tags:

Laisser un commentaire (Pas de commentaires so far)

The comments are closed.

No comments yet